Conférence le 8/10/2016

Dans la salle de conférence de la Maison de l’Archéologie, Mme Esther Wolff, égyptologue, Musée et Jardin botaniques cantonaux vaudois, Lausanne, nous présente le 10 octobre 2016 à 14h30 Le jardin des Pharaons. Archéologie et botanique, regards croisés.

Les anciens Egyptiens furent les premiers à représenter les jardins dans leurs palais et dans leurs tombes. Ces représentations datent toutes du Nouvel Empire et c’est en grande partie grâce à elles que nous connaissons l’organisation des jardins égyptiens et les végétaux qui y étaient cultivés. Les vestiges archéologiques confirment que leur structure correspondait aux représentations.
Le jardin égyptien, difficile à cultiver sous un climat aussi aride, était l’apanage des élites : pharaons, temples, notables. Sa conception était soumise à des règles très codifiées qui répondaient à la fois à des besoins logistiques mais aussi à des exigences religieuses et sociales. Pour les pharaons, il était un lieu d’agrément mais aussi un signe de leur pouvoir sur les contrées conquises, concrétisé par l’acclimatation de nouvelles espèces ramenées lors d’expéditions militaires ; pour les temples, il permettait de plaire à la divinité et de lui offrir des offrandes quotidiennes de fleurs et de légumes ; pour les élites, il était un marqueur social. Mais le jardin était aussi un lieu de rencontres amoureuses, de plaisir et de fêtes, chéri par les anciens Egyptiens.
Ce sont toutes ces facettes que les Musée et Jardin botaniques cantonaux vaudois de Lausanne ont décidé de mettre en valeur dans leur exposition temporaire intitulée Le jardin des pharaons. Archéologie et botanique, regards croisés, qui a lieu du 20 mai au 30 octobre 2016. Cette exposition présente des plantes cultivées en ancienne Egypte ainsi qu’une reconstitution d’un jardin égyptien dans le Jardin botanique. Le Musée expose des fragments de parures végétales trouvées lors de fouilles archéologiques ainsi que des objets funéraires représentant des végétaux. L’exposition décrit également le lien existant entre égyptologues et archéobotanistes depuis la fin du XIXe siècle, lien qui a permis le prélèvement, l’étude et la conservation des restes végétaux retrouvés en ancienne Egypte. Ces vestiges nous renseignent sur les plantes connues par les anciens Egyptiens et sur leur utilisation dans l’élaboration de parures végétales et d’arrangements floraux. Enfin, la dernière partie de l’exposition compare la Vallée du Nil du Nouvel Empire avec la Vallée du Rhône de l’Âge du Bronze, et les replace dans leur contexte climatique, pour nous renvoyer au monde occidental actuel dans une perspective de changements climatiques rapides.


archéovision 2015

Posté dans la rubrique Actualités.

conférence le 10/12/2016

A la salle de conférence de la Maison de l’archéologie M. Dimitri Laboury,Directeur de recherches du FNRS
Professeur adjoint à l’Université de Liège, Département Égyptologie et Archéologie égyptienne, nous présente le 10 décembre à 14h30 : Peintres et pratiques picturales dans la Nécropole Thébaine sous la 18e dynastie

L’Égyptologie s’est souvent contentée d’admettre que l’artiste pharaonique demeure aujourd’hui un personnage particulièrement évanescent et insaisissable – voire, aux yeux de certains, inexistant – au sein du paysage que cette discipline s’efforce de reconstituer.
En envisageant le cas des peintres responsables de la décoration des chapelles funéraires privées de la Nécropole Thébaine sous la 18e dynastie, l’exposé ambitionne de démontrer qu’avec une méthodologie adaptée et résolument interdisciplinaire, faisant usage de toutes les sources d’information disponibles sur le sujet, il est en réalité possible d’aborder la question de l’identité sociétale de ces peintres, ainsi que les modalités d’organisation concrète de leur travail, et même de suivre certains artistes individuels.

Posté dans la rubrique Actualités, Conférences.

ANNEE 2016 – Dernier trimestre

quelques dates à noter :
10 septembre : forum des associations de la ville de Pessac, notre association y tient un stand.
17 septembre à 14h30 à l’amphi de la maison de l’archéologie, réunion préparatoire aux cours de langue hiéroglyphique

Cours de civilisation – cycle d’automne
- 07 novembre 2016 ( Salle Roger Cohé, Rue des Poilus- Cinéma Jean Eustache)
L’Osiréion d’Abydos – (Alain Dautant)

- 14 novembre 2016 ( Salle du Bourg, Avenue Roger Cohé )
L’Or des Pharaons (Robert Vergnieux)

- 21 novembre 2016 ( Salle du Bourg, Avenue Roger Cohé )
Une histoire des calendriers des anciens égyptiens – (Alain Barutel)

- 28 novembre 2016 ( Salle du Bourg, Avenue Roger Cohé )
Les carrières de pierre de Pharaon I – ( Auguste Culnaert)

- 05 décembre 2016 ( Salle du Bourg, Avenue Roger Cohé )
Les carrières de pierre de Pharaon II - ( Auguste Culnaert)

Pendant ce dernier trimestre, Bernard Lalanne et Robert Vergnieux interviennent dans l’association Kairinos dans le module Egypte et Mésopotamie, les mardis 4, 11, 18 octobre et le mardi 13 décembre de 11 à 12h30.

Exposition « les momies ne mentent jamais à Cap Sciences »
Le dimanche 18 septembre à 17h30 # Ciné-débat « Les énigmes du Sphinx » (documentaire 59 mn – 2010 – Réalisateurs : Gary Glassman, Christine Le Goff) présentation et débat animés par Bernard Lalanne

Posté dans la rubrique Actualités.

mardi 5 juillet 20h00

Le prochain ciné-débat de l’association Icronos aura lieu le mardi 5 juillet à 20 heures à l’auditorium de la médiathèque de Saint-Médard-en-Jalles, en partenariat avec la mairie de Saint-Médard-en-Jalles.
La projection du documentaire d’Olga Prud’homme Farges « Christiane Desroches Noblecourt, une passion égyptienne » (52′ ; 2009) sera accompagnée par un débat animé par M. Robert Vergnieux, chercheur au CNRS, égyptologue, auteur d’importantes publications sur l’époque pharaonique, commissaire de l’exposition « ATON-NUM. Akhénaton & Nefertiti » que nous avons visitée en avril 2016 au Conseil Régional d’Aquitaine.
lire la suite

Posté dans la rubrique Actualités.

Conférence le 11/06/2016

Isabelle Régen, ancien membre scientifique de l’IFAO, Ingénieur de Recherche, Equipe Egypte Nilotique et Méditerranéenne (université Paul Valéry, Montpellier), nous présente le 11 juin 2016 à 14h30 à la salle de conférence de la Maison la maison de l’archéologie : la tombe de Padiaménopé (TT33).

Située sur la rive ouest de Louqsor, dans la nécropole de l’Assassif, la tombe n° 33 est l’un des plus vastes tombeaux de Thèbes. Elle comprend vingt-deux salles souterraines réparties sur quatre niveaux différents.

Véritable tombe-labyrinthe, la sépulture du prêtre-ritualiste en chef Padiaménopé (Pétaménophis) se situe au coeur d’une enceinte d’une superficie d’environ 9900 m2. Les parois préservent sur plus de 2620 m2 une anthologie de la littérature funéraire égyptienne (Textes des Pyramides, Textes des Sarcophages, Livre des Morts, Ouverture de la Bouche, Livres du Monde Inférieur, textes astronomiques…). Ces textes,  offrant souvent des versions nouvelles et améliorées, constituent pour la plupart la dernière notation connue de ces compositions (Livres du Monde Inférieur).

Si les parois de la tombe sont couvertes d’inscriptions, on dispose paradoxalement de très peu d’informations sur son propriétaire, le prêtre et savant Padiaménopé, qui vécut au 7e s. av. J.-Chr. (fin XXVe- début-XXVIe dynastie).

   

 

Posté dans la rubrique Actualités, Conférences.